La cueillette

Les jardins de la Mer c’est un mélange d’aventures nomades et de racines marines… Partir en mission de cueillette, c’est comme aller à la pêche, tu sais quand tu pars, mais pas quand tu reviens! On enfile nos bottes à l’eau, pour marcher sur la batture… En contournant les marais, enjambant les grands foins, callant dans la vase, nos yeux sont rivés à terre! On marche, on marche, Claudie regarde au loin et sait exactement où on va. Mis à part les surprises de la vie!!
On s’accroupit, et on cueille à la main ou au ciseau. Ce n’est pas sorcier, c’est juste long! Et les maringouins… c’est un défi de patience!

De juin à septembre, la récolte des Jardins de la Mer s’étend de Rivière-Ouelle à Notre-Dame-du-Portage, et ce, depuis 1998! Une cueillette respectueuse et durable c’est possible, la preuve! Tant que la philosophie est de diversifier nos récoltes afin de mettre en valeur les plantes les plus abondantes, comme les épinards de mer, ou le plantain maritime. Plus d’une quinzaine de plantes sont comestibles sur nos battures. Et encore plus vers l’est, d’autres espèces intéressantes apparaissent, l’eau étant plus salée, les algues et les plantes marines sont plus abondantes. La fameuse salicorne bien aimée, parlons-en, est une ressource limitée, nous verrons sous peu apparaitre des cultures adaptées afin de satisfaire notre gourmandise grandissante… Chaque plante a son moment d’apogée et son moment de vulnérabilité. La salicorne est fragile au début de l’été, une cueillette trop hâtive risquerait de lui couper le cou, patience! Jamais avant le 1er juillet.

Pour finir, notre saison s’étire jusqu’à l’automne, aux premières gelées, avec la cueillette des églantiers… Les belles piquantes difficiles à transformer. Il faut s’armer de patience, mais son jus délectable et incroyablement riche en vitamine C en vaut la peine. Il nous gardera en santé tout l’hiver! Nos ancêtres le savaient!

La cueillette sauvage est un retour aux sources qui implique un mode de vie et une conscience respectueuse de la nature. Contribuez à préserver cet écosystème diversifié qui a nourri nos ancêtres, nous-mêmes et nourrira nos enfants, et les enfants de nos enfants… Nous pouvons changer nos habitudes de consommation, en cessant l’importation à outrance de cochonneries d’outre-mer et avoir un impact positif. Imaginons ensemble un avenir propre, des énergies renouvelables, des richesses réparties, des technologies au service d’un équilibre global. Laissons la paresse, innovons et soyons responsables!